lettre envoi B Noël-1.jpg
Nestor Ponce
à propos du livre
Atlas des traversées

Ce volume anthologique retrace l’aventure de l’association Travesías, fondée par Chantal Bideau à Brest en 2007 et dont elle assure la direction artistique. Cette organisation s’est fixé comme objectif le dialogue des cultures entre la France (la Bretagne en particulier), l’Europe, et l’Amérique Latine, fidèle à la tradition maritime de Brest, d’où sont partis de nombreux voyageurs à la découverte d’autres identités. Les activités de Travesías ont pris forme peu à peu, pour permettre, au fil des années, des échanges fluides entre la France, la Croatie et l’Argentine, le Chili, l’Uruguay, la Colombie… Les résidences croisées d’artistes plasticiens, des écrivains, environ une trentaine en tout jusqu’à aujourd’hui, ont permis à des peintres, photographes, poètes, narrateurs de deux continents de vivre pendant quelques semaines à des milliers de kilomètres de leurs lieux de travail, pour être accueillis au sein d’autres collectifs ou associations de tous les coins de l’Argentine et d’autres pays du continent sud-américain.

Le fruit du séjour de ces artistes est la production d’une œuvre lors de leur résidence, édité ensuite par la maison d’édition Travesías, en version bilingue. L’association et ses partenaires dans le cône sud, se chargent d’organiser des activités de diffusion lors de la résidence des artistes: expositions, lectures, présentations, rencontres avec des étudiants, des élèves, des personnes âgées, des femmes qui purgent des peines de prison, des journalistes, des critiques d’art, etc. Pour parvenir à ces objectifs, Travesías a su construire un vaste réseau de partenaires au niveau régional, national et international, dans le milieu universitaire, associatif, etc., afin de financer les déplacements et les séjours.

Cet ouvrage coordonnée par Chantal Bideau porte bien son nom : « Atlas ». En effet, le parcours est double : d’une part la production des artistes ayant participé au projet, de l’autre, le travail de l’association –qui reste toujours discrète et donne la parole aux créateurs. Le lecteur découvre ainsi, en espagnol et en français, poèmes et textes des écrivains voyageurs, ainsi que des photographies prises par les protagonistes de l’aventure. Aussi bien les textes que les images contribuent à dessiner un véritable panorama socio-culturel qui encadre les résidences. Deux auteurs, critiques d’art, invités à contribuer à cette édition «  Philippe Cyroulnik et Frédéric Valabrègue, «  nous donnent ici, depuis leurs points de vue singulier, un parcours historique de déplacements voulus ou forcés, autant de chemins de traverse qui se prolongent jusque dans ce livre », explique Chantal Bideau dans la préface du volume.

La qualité des textes et des images est remarquable et bouleversante. Il s’agit des témoignages, des histoires de vie, des textes déchirants, des dessins d’enfants, des photographies en couleur de manifestations en défense des droits de l’homme, des activités culturelles, des paysages transis de beauté et de liberté.

Citons quelques noms des auteurs ayant participé à cette expérience : Washington Cucurto (écrivain fondateur de la maison d’édition Eloisa Cartonera, qui produit, dans une coopérative de Buenos Aires, des éditions avec du papier recyclé et donne du travail à ceux qui vivent dans la précarité), Pedro Mairal –auteur d’un roman en vers El Gran surubí-, la poète Marcela Saldaño –désormais l’une des voix remarquables de la nouvelle poésie chilienne-, l’artiste conceptuel argentin León Ferrari, le poète et éditeur breton Alain Le Saux, le jeune poète Milton López, largement reconnu par la critique. Et beaucoup d’autres…

Il y a longtemps, j’ai rêvé de construire un pont qui me sorte de cet hologramme

Pour me libérer du nuage noir qui s’approche des moutons noirs

Qui comme moi ne cachent pas leur noirceur cyberpunk.

(« Apprivoiser », Marcela Saldaño)

Ce très beau livre nous embarque dans le parfum du voyage et de la rencontre avec l’autre. Voyager est une activité de création, de participation, de curiosité et de découvertes.

Nestor Ponce