Œil qui caresse ou qui blesse

Allonge ton regard

Au-delà de tes cernes

Oublie l’usure des vents

Des embruns et des sables

Laisse là ta violence

Pour ne saisir ici

Qu’un galet d’espérance

Qui roule à jamais

Au fond d’une mer sans eau

Où les bateaux ne sombrent

Que dans l’indifférence.

 

 

 

Chantal Bideau Inédit, le jardin des délices

Le contenu de ce site est protégé et ne peut être reproduit sans mon accord

Design graphique: Fanny Legrand

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now